Christophe et Nati

Nati et Christophe

A la une / Le chef
Étiquettes :

« L’amour est un petit bateau – Qui s’en va, tout joyeux, sur l’onde, – Voguant vers des pays nouveaux – Au hasard de sa course vagabonde. »  Bateau d’amour  – Charles Trenet

 

Christophe

J’ai rencontré Nati à Avignon en 1997. A l’époque, j’étais second de cuisine de l’Auberge de Cassagne, au Pontet. Nati travaillait à la réception. J’ai tout de suite aimé sa capacité à transmettre son optimisme. Elle était épanouie et nous communiquait sa joie de vivre.

Le projet du restaurant venait de moi. Notre rencontre fût le déclic pour sauter le pas et passer à sa réalisation. Il me fallait une personne telle que  Nati afin de m’accompagner dans cette entreprise. Notre complémentarité nous a permis – et nous permet encore – de vivre cette aventure de manière sereine et constructive. Nous nous soutenons et nous partageons les tâches de manière naturelle, selon les compétences et les préférences de chacun, avec chacun la même rigueur pour son travail.

Nous pensons les mêmes choses mais nous réagissons souvent de manière différente.  Nati est douce, plus réfléchie,  elle sait tempérer mon caractère parfois impulsif.  Je peux m’appuyer sur elle avec une confiance infinie.

Nous avons réussi ensemble aussi bien grâce à ce qui nous sépare que pour ce qui nous rejoint: l’attachement à des valeurs communes, le souci de la perfection, la passion pour l’art et, bien sûr, l’amour que nous avons l’un pour l’autre.

 

Nati

Nous nous sommes rencontrés à L’auberge de Cassagne, au Pontet, près d’Avignon à la fin des années 90. Christophe était second de cuisine. J’étais chef de réception.

Est-ce un hasard ou bien le destin ?! Nous avons grandi pas très loin l’un de l’autre, moi, à Saint Etienne, et Christophe, dans une commune à quelques kilomètres.

Nous nous sommes plus malgré (ou grâce à) nos caractères différents. Christophe est fort, entier, tout en restant simple et gentil. C’est ce contraste que j’ai aimé chez lui.

Christophe est exigent dans son travail, mais, sous cette rigueur et cette application se cachent de la fragilité et de la bienveillance.

Son rêve était d’ouvrir son propre restaurant. J’avoue n’avoir jamais envisagé cette éventualité avant notre rencontre. Le Neuvième Art est un projet que j’ai adopté par amour et j’accompagne mon époux dans cette aventure depuis treize ans déjà. Selon nos compétences respectives, nous avons trouvé chacun notre rôle dans le fonctionnement du restaurant : Christophe s’occupe de la cuisine et je m’occupe des tâches administratives. Nous prenons tous deux part aux décisions concernant l’aménagement du restaurant. Nous sommes très complémentaires.

Nous avons ce goût commun pour l’art en général et j’aime partager avec Christophe  mes souvenirs de voyages (Egypte, Mexique, Inde…), ainsi que mon intérêt pour les musées ou encore l’art roman.

Nous nous enrichissons l’un de l’autre et l’un avec l’autre. Une harmonie que nous savourons chaque jour comme un fruit rare et  précieux.