Les jeux de lumière du Neuvième Art : une inspiration signée Lucio Fontana

Art culinaire, art de la décoration, au Neuvième Art, tous les sens sont mis en éveil. Christophe Roure accorde une importance primordiale à cette esthétique du visuel, tant dans l’assiette que dans la décoration du restaurant. D’emblée, avant toute dégustation, l’émotion est suscitée par un environnement raffiné, alchimie entre des jeux de lumière, des teintes claires et une ambiance naturelle, ode au végétal.

Un esprit du lieu soigneusement orchestré par le chef et son épouse Nati, tous deux amateurs d’art contemporain et curieux de se laisser imprégner par de nouvelles ondes artistiques. « Nous aimons aller dans les musées. Le dernier en date, la fondation Vuitton à Paris et la collection Chtchoukine ». Cette curiosité pour l’art se reflète dans l’ambiance du restaurant. Le partage des émotions, artistiques ou culinaires, c’est la philosophie du Neuvième Art.

La fente ou le coup de génie de Lucio Fontana 

Immédiatement les panneaux fendus à l’horizontale qui ornent le restaurant attirent le regard. « Alain et Dominique Vavro, nos architectes en ont eu l’idée et les ont fait réaliser », souligne Christophe Roure. Un clin d’œil aux œuvres de l’artiste du XX ème siècle Lucio Fontana. « La première fois que j’ai découvert Lucio Fontana, c’était il y a 30 ans au centre Georges Pompidou à Paris, puis au MOMA de New-York », explique Nati, l’épouse de Christophe Roure. Par la suite, c’est un artiste qui nous a séduits. Le courant est passé entre ses œuvres et nous. Ses tableaux, avec leurs fameuses fentes sont identifiables aisément par leur singularité. Il s’agit de magnifiques toiles monochromes dont la surface est fendue une ou plusieurs fois à l’aide d’une lame de rasoir ou d’un cutter », poursuit Nati.

fontana-262x300

Entre ombre et lumière

Une rencontre artistique à un siècle d’écart. « Quelle modernité dans ses œuvres ! Ces ouvertures, ces percées dans la toile sont des actes de déchirures volontaires de sa part mais sans volonté de détruire. Elles confèrent aux tableaux beaucoup de puissance. En effet la fente attire d’abord le regard puis invite à nous y plonger complètement », poursuit le chef. C’est ce principe de la fente, ce geste créateur qui a inspiré la décoration du Neuvième Art. « Les fentes ressortent noires la journée et lumineuses dès que la nuit tombe. Ce qui, le soir, crée un filet de lumière. Ces panneaux vivent au gré de la lumière ».